Présidence du Gabon - Gabon des services

Gabon des services Accueil

Cartographie de l'emergence

  • Partager sur facebook
  • Partager sur twitter
  • Envoyer à un ami
  • imprimer
de recherche pour
Actions locales | Actions nationales | Actions internationales
 

Action en cours depuis Juin 2015 |


Gabon Industriel / Gabon Minier / Manganèse

Ouverture prochaine de l’Ecole des Mines et de la Métallurgie à Moanda

L'école des mines de Moanda, financée par la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) dans le cadre d'un partenariat public-privé avec l’Etat gabonais, permettra de former une main d’œuvre qualifiée, notamment dans la perspective de la mise en production du complexe métallurgique de Moanda.

 

Action en cours depuis Juin 2015 |


Gabon Industriel / Gabon Minier / Manganèse

Inauguration du complexe métallurgique de Moanda

Au Gabon, COMILOG, filiale du groupe français ERAMET avec une participation de l’Etat gabonais, a poursuivi la construction du Complexe Métallurgique de Moanda (C2M ou CMM) débutée en 2009, sous feu le Président Omar Bongo Ondimba.
Articulé autour de deux usines, ce complexe produira des alliages de manganèse (silicomanganèse) par pyrométallurgie à hauteur de 65 000 tonnes par an et du manganèse métal, 20 000 tonnes par an par hydrométallurgie.
Le C2M est un projet doublement inédit. Pour la première fois, la Compagnie minière de l'Ogooué (COMILOG) produira du manganèse sous forme de métal et d’alliages, et le Gabon transformera une ressource minière sur son territoire. Après l'Afrique du Sud, le Gabon est l'unique pays au sud du Sahara qui possède désormais des usines de transformation de manganèse.

 

Action en cours depuis Juin 2015 |


Gabon des Services / Education / Infrastructures et matériel

Ouverture prochaine de l’Ecole des Mines et de la Métallurgie à Moanda

L'école des mines de Moanda, financée par la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) dans le cadre d'un partenariat public-privé avec l’Etat gabonais, permettra de former une main d’œuvre qualifiée, notamment dans la perspective de la mise en production du complexe métallurgique de Moanda.

 

Action en cours depuis Mars 2015 |


Gabon Vert / Agriculture / Accompagnement des micro-projets

Lancement du programme GRAINE pour l’entreprenariat agricole

Le programme GRAINE (Gabonaise de Réalisations Agricoles et des Initiatives des Nationaux Engagés), lancé par le Chef de l’État, prévoit une mise en exploitation de plus de 200.000 ha sur 5 ans attribués conformément au Plan national d’affectation des terres et aux lois sur l’environnement et le développement durable.

Quelque 20 000 à 30 000 familles volontaires recevront gratuitement 7 ha pour la production vivrière coopérative, dont 0,5 ha réservé à un usage privé, et seront appuyées dans leurs démarches pour l’obtention accélérée des permis agricoles, le préfinancement des coopératives, l’octroi de crédits à taux préférentiels, la couverture CNAMGS et la garantie d’achat de la production. 3 000 km de pistes pour l’accès aux plantations et quelques 1 600 villages seront intégrés au plan des infrastructures de base.

 

Action en cours depuis Mars 2015 |


Gabon Vert / Agriculture / Politique agricole

Mise en place d'un plan national d'investissement agricole

Le Gabon a souhaité se doter d’un Plan national d’investissement agricole, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNIASAN) qui vise à améliorer les moyens d’existence, la sécurité alimentaire et la résilience environnementale dans les économies africaines par le soutien aux stratégies et programmes de développement agricole.

Il a été approuvé au terme de l’atelier de validation des investissements à entreprendre sur la période 2014-2020, organisé le 13 mars dernier à Libreville, sous la présidence du ministre gabonais de l’Agriculture, Luc Oyoubi.

Il va nécessiter la mobilisation de près de 400 milliards de francs CFA. Il recevra l’appui technique et financier de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), de la FAO, de la Banque mondiale et du NEPAD (302 milliards de francs CFA seront issus des contributions des partenaires techniques et financiers du Gabon versés sous forme d’aides au développement et les 98 milliards restants du secteur privé).